Réforme électorale souhaitée au Québec.

Mixte compensatoire un jour. Proportionnel mixte à compensation nationale et redistribution régionale. En gros, refonte extraordinaire de la carte électorale, création de 16 régions électorales, les 17 régions administratives moins Nord-du-Québec; réduction du nombre de circonscriptions de 125 à 80 et alors, agrandissement. L’électeur/e a droit à deux votes, l’un à un/e candidat/e pour une circonscription, l’autre à une liste de candidat/es au nom d’un parti pour une région. 

Un jour plutôt qu’en 2026. Pour avoir entendu ce qui suit de Jean-Pierre Charbonneau, Président du Mouvement Démocratie Nouvelle, MDN, à la manifestation du 29 novembre devant l’Assemblée nationale :

« Je dis au Premier ministre Legault qui s’est engagé à ne rien faire alors que la dernière fois il s’est engagé à tout faire, revenez sur votre décision, reprenez le

projet de loi là où il était.

Il restait une étape importante à franchir, c’était de le bonifier. M. Legault, faite honneur à votre parole d’il y a quelques années, faites en sorte que l’Assemblée nationale sous cette législation qui commence aujourd’hui reprenne l’exercice là où il était. On n’a pas à recommencer à zéro, on n’a pas à attendre que les intérêts partisans de la CAQ passent en premier. »

Mixte compensatoire en 2026. Même mode de scrutin que précédemment mais dès 2026 pour avoir entendu ce qui suit de Maël Ferland-Paquette, porte-parole de Mobilisation Citoyenne pour une Réforme du Scrutin, MCRS.

Pour les 4 prochaines années, on va être là pour rappeler au Premier ministre que notre démocratie, ça nous tient à coeur. Choisir la direction … Québec, c’est une priorité.

Le 3 octobre, je me suis senti trahi. La boule au ventre puis le sentiment de désespoir qui vient avec une soirée électorale, on les revivra pas. Nous ne passerons pas à autre chose. La réforme nous l’aurons avant la fin du mandat. On va s’en souvenir en cochant le bulletin de vote.

Pondéré à l’Assemblée nationale. Comme actuellement pour ce qui est des circonscriptions, 125 plutôt que les 80 et 45 élu/es dans 16 régions électorales du mixte compensatoire. Au lieu d’une voix par élu/e sur 125 comme actuellement lors d’un vote, les élu/es disposent d’un poids législatif propre proportionnel à la population de leur circonscription.

Comme en 2018, 2022. Statu quo, comme depuis 1791.

Partis politiques autorisés au Québec :

Alliance pour la famille et les communautés

Bloc Montréal – Équipe Balarama Holness;

Bloc pot;

Climat Québec;

Coalition avenir Québec/Équipe François Legault;

Démocratie directe;

Équipe autonomiste;

L’union fait la force;

Nouveau Parti démocratique du Québec;

Parti 51;

Parti accès propriété et équité;

Parti canadien du Québec / Canadian Party of Québec;

Parti conservateur du Québec – Équipe Éric Duhaime;

Parti culinaire du Québec;

Parti humain du Québec;

Parti libéral du Québec/Quebec Libéral Party;

Parti libertarien du Québec;

Parti marxiste-léniniste du Québec;

Parti nul;

Parti pour l’indépendance du Québec;

Parti québécois;

Parti vert du Québec / GPQ;

Québec intégrité / Intégrity Québec;

Québec solidaire;

Québécois unis pour l’égalité/Quebecers United for Equality;

Union nationale.

Exprimez-vous

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :