Distanciation du principe une personne un vote et rapprochement.

En somme, les années se suivent mais ne se ressemblent pas, les résultats d’élection aussi. En 2012, la CAQ avec 27,1 % du vote n’a obtenu que 19 sièges. En 2014, avec 23,1 %, moins de votes, elle s’est méritée plus de sièges, 22. En 2018, avec 37,4 %, elle en a gagné 70; plus que trois fois avec moins de deux fois plus du vote. C’est ça la disproportion.

Dans un sens, en regard du principe une personne un vote, en 2012, un.e électeur.e de la CAQ n’a eu pour poids en représentation à notre Assemblée nationale que 0,56 plutôt qu’un complet, première rangée avant dernière colonne. Sous un mode de scrutin proportionnel absolu, première rangée dernière colonne, pour peser tout un, il aurait fallu que le vote de son élu.e pèse 1,78 voix plutôt qu’une.

C’est la solution qu’a proposé à la Commission des institutions de l’Assemblée nationale Jon Breslaw à l’occasion des consultations particulières et auditions publiques tenues en janvier et février 2020 sur le Pl °39, Loi établissant un nouveau mode de scrutin.

Je vous laisse examiner ce qui en est pour les autres partis. En gros, plus un parti est en perte de popularité comme le PQ de 2012 à 2018 ou mineur, comme QS en 2012 et 2014, plus ses électeur.es n’en ont pas pour le principe d’une personne une unité de poids politique à l’Assemblée nationale.

C’est l’inverse pour les partis majeurs, ses électeur.es en ont plus que pour le principe une personne, une unité de poids politique. Ce principe est cher entre autres à Gabriel Nadeau-Dubois qui a conclu son intervention à l’Assemblée nationale sous Covid-19 le 8 octobre dernier de cette façon magistrale, c’est fort phare éclairant sur le messager et la manière de faire du lieu :

« On est arrivés, je l’espère, je le souhaite, dans les derniers milles de ce système. Changeons-le. Réformons le mode de scrutin pour avoir une meilleure représentation des femmes en politique, une meilleure représentation des régions, une expression plus saine, plus complète et fidèle du pluralisme politique puis, en terminant, pour s’assurer que, quand un Québécois ou une Québécoise à Rimouski, à Blainville, à Westmount, en Abitibi-Témiscamingue, quand ces gens-là votent, là, partout au Québec, là, chaque personne qui met son vote dans l’urne ait le même poids dans la composition de l’Assemblée nationale.

Ça, ce principe fondamental que chaque voix de chaque individu doit avoir le même poids, c’est un idéal auquel il ne faut pas renoncer. Aucun système politique ne permet de l’atteindre parfaitement, cet idéal, soyons en paix avec ce fait, mais il y a des systèmes qui contredisent ce principe-là de manière radicale. Notre mode de scrutin actuel trahit ce principe-là complètement.

Le mode de scrutin proposé par le projet de loi n° 39, bien que largement imparfait, nous permet de faire un pas vers cet idéal-là, et c’est pour cette raison-là que ma formation politique va voter en faveur du principe du projet de loi. Merci. »

Exprimez-vous

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s